cannelle
en bio, les saveurs du monde
Accueil -> Actualités -> Rencontre avec une cueilleuse de feuilles de framboisiers

Rencontre avec une cueilleuse de feuilles de framboisiers

Rencontre avec Laure, cueilleuse de feuilles de framboisiers, filière BioPartenaire. 

Cantal, Massif Central. Laura est cueilleuse pour la SICARAPPAM, coopérative agricole de producteurs de plantes médicinales et aromatiques. Cueilleuse de plantes sauvages. C’est l’activité fondatrice de la coopérative.

Originaire de la région, Laura commence à s’intéresser à ce métier après d’autres expériences professionnelles très différentes, dans l’immobilier et le journalisme. La rencontre et les échanges avec d’autres cueilleurs, les « retrouvailles » avec cette nature du Cantal de sa jeunesse l’incitent à cueillir, elle aussi. Pour entrer à la SICARAPPAM, il faut passer une année de « postulat », accompagné d’un cueilleur confirmé. Laura a commencé avec les bourgeons de hêtre. Aujourd’hui, avec Luc, elle cueille chaque année une trentaine de plantes différentes de mars à novembre, commençant par les bourgeons et les jeunes pousses, enchaînant ensuite avec les fleurs puis les feuilles … dont celles de framboisiers.

La cueillette de la feuille de framboisier, dont l’odeur rappelle celles des framboises, est l’une des favorites de Laura. Le Framboisier est un arbrisseau à souche drageonnant qui produit chaque année de nouvelles tiges par multiplication végétative. Les tiges produites sont bisannuelles : en première année les tiges grandissent et en deuxième elles produisent des fruits. La récolte des feuilles se fait uniquement sur les jeunes tiges de l’années.

Le Cantal regorge d’habitats idéaux pour le framboisier : les zones de forêts de sapins situées entre 700 et 1200 mètres d’altitude. L’éventail d’altitudes est large, cela permet aux cueilleurs d’étaler leur travail en fonction de la maturité des plantes : commençant à faible altitude et remontant petit à petit au cours de la saison.

La récolte se fait à la serpette ou à la main « à la tirette ». La tirette permet de ne pas utiliser de hache-paille une fois rentré, mais laisse des tiges à nue sur les zones de cueillette.

La récolte est ensuite séchée dans un ancien four à tabac. A deux, en 7 jours de cueillette, 1 750 kilos de feuilles sont récoltés, ce qui donne environ 700 kilos de feuilles séchées, qu’il faudra ensuite aller trier à la coopérative, pendant environ 3 jours. Au final, Laura et Luc obtiennent 450 kg de produit fini, que vous retrouvez dans vos sachets Herbier de France, Biopartenaire.