cannelle
en bio, les saveurs du monde

Filière lavande



Zones de production : Plateau de Sault, Vaucluse
Date de début du programme filière équitable : 2013
Nombre de bénéficiaire : 1 producteur
Culture : 58 ha de PPAM dont 25 ha de lavande
Produit fini : Sachets L’Herbier de France 

Description de l’exploitation

L’exploitation d’Olivier Liardet se situe au pied du Mont Ventoux sur le plateau de Sault dans le Sud-est de la France. Conduite en bio par son père depuis 1991, et reprise par lui en 1995, elle comprend 58 ha de PPAM, dont 25 ha de lavande fine.

En 2013, accompagné par l’Herbier du Diois, Olivier Liardet met en route un gros projet d’investissements spécifiques à la production des PPAM visant à l’amélioration des installations de première transformation.

Entre 2013 et 2015, l’exploitation prévoit de mettre en culture 8 ha d’annuelles afin de dégager un revenu agricole suffisant sur les surfaces existantes.

C’est aussi dans l’idée de revenus plus stables qu’Olivier Liardet se tourne vers la production de plantes sèches et donc de lavande pour l’herboristerie.

Dans un souci de développement durable, il a entreprit plusieurs actions dont :

- La pose d'un économiseur de carburant et le réglage des tracteurs sur un banc d'essai

- La construction d'un bâtiment agricole en matériaux écologiques

- La récupération d'eau de pluie utilisée en distillerie

- L'installation de 270m2 de panneaux photovoltaïques.

Partenariat Bio Solidaire

C’est tout naturellement, avec ce producteur spécialiste de la lavande et situé dans une zone géographique propice à la culture de la lavande, qu’Arcadie et l’Herbier du Diois mettent en place un partenariat Bio Solidaire à partir de la récolte 2013.

Le développement d’une production d'hysope est d’ores et déjà prévue, pour laquelle nous espérons un résultat positif sur la récolte 2015.

Contexte et enjeux

Le genre des lavandes comporte plus de 200 espèces présentes sur la planète entière. Celle que nous commercialisons est la Lavandula angustifolia, ou lavande vraie.

C’est l’espèce qui pousse spontanément dans le Sud Est de la France, au dessus d’une altitude de 700m. La plante aime les sols argilo-calcaires drainants plutôt exposés à l’ubac.

La culture de la lavande devient très compliquée dans les zones traditionnelles de production où l’inoculum, parasite responsable de maladie, réduit très fortement l’espérance de vie des cultures. L’utilisation exclusive de plants sains est aujourd’hui la seule parade envisageable.

Le nombre de producteurs en France reste stable, dans un contexte de diminution du nombre d’exploitations au niveau national. Par contre, si le nombre de producteurs est stable, les surfaces de lavande se sont réduites de moitié environ depuis 2003. Les problèmes de mortalité des cultures de lavande, dépérissement provoqué par la présence d’un phytoplasme (bactérie) et/ou la présence de la cécidomye (insecte), sont à l’origine de cette forte diminution.

Les zones de montagnes sèches sont confrontées depuis plusieurs années à une évolution climatique se caractérisant par un déficit hydrique notable. Ce manque d’eau n’est pas non plus sans conséquences sur la culture de lavande et contribue au phénomène de mortalité.

C’est pourquoi la préservation et le développement de cette culture dans un contexte durable sont primordiaux.

Spécificité de la lavande

Cultivée sur un parcellaire regroupé et isolé à une altitude moyenne de 750 m, la lavande se récolte généralement de début à mi-juillet, en plein soleil.

Après la coupe, elle est étalée au soleil pour sécher pendant 3-4 jours sur des bâches noires. Elle est ensuite conditionnée en big-bags et stockée à l’abri.

Plus tard, les opérations de battage et de tri auront lieu pour écarter les tiges et autres corps indésirables et ne garder que la fleur pure, de couleur beige à dominance bleu lavande.

Développement de la filière 

La filière s’articule sur les grands axes de développement suivants:

• Pérenniser les échanges commerciaux entre les différents partenaires.

• Travailler à une juste rémunération de la production.

• Accompagner de façon personnalisée le producteur pour ses investissements en nouvelles machines (séchoir, moissonneuse batteuse).

• Développer l’écologie et le durable au sein des entreprises.