cannelle
en bio, les saveurs du monde

Filière poivre, piment langue d'oiseau, baies roses


Pays : Madagascar
Zones de production : 
-baies roses (26ha) et piment langue d'oiseau: région du Sambirano, sur la côte Nord-Ouest de Madagascar.
-poivre vert : zones côtières de Madagascar, le long du canal des Pangalanes, et sur la région du Sambirano.
Date de début du programme équitable: 2010
Partenariat avec l'entreprise Golgemma depuis 2004.
Nombre de bénéficiaires : 550 employés de la plantation Millot (notre partenaire local), organisés en association des travailleurs. 

Aperçu du contexte économique, écologique, social local

Ce sont des zones de production de cacao et de vanille principalement, cela représente 80% de l’économie locale.

Pêche, petit paysannat, culture maraîchère, ylang ylang et plantes aromatiques représentent le reste.

Description des plantations

  • Les plantations de poivre

Le poivrier, Piper Nigrum L., est une liane de la famille des pipéracées originaire de la côte de Malabar en Inde. Cette plante est cultivée dans la zone tropicale pour ses baies qui donnent une épice recherchée : le poivre.

Les fruits du poivrier donnent le poivre vert, blanc, noir ou le poivre rouge. Ces différentes qualités se déclinent selon la maturité des fruits. Le poivre vert est obtenu en récoltant tôt en saison les grappes de fruit totalement vertes mais déjà charnues.

Le poivre noir est obtenu 1 à 2 mois après, la grappe ayant atteint une maturité suffisante. Le poivre blanc est obtenu à partir de fruits bien murs, débarrassés de leur enveloppe.

Le poivre rouge est un poivre totalement mûr, difficile à obtenir, la maturité étant tout particulièrement appréciée des oiseaux.

DESCRIPTION DE LA PLANTE

Le poivrier est une liane pérenne installée sur un tuteur vivant, type pignon d’inde, avec ombrage léger ou sur grand arbres d’ombrages. La récolte des baies en grappe se fait tout le long de la liane.

Dans la région du Sambirano, les lianes sont installées sur les grands arbres d’ombrage protégeant les plantations de cacao. Elles sont implantées sur les zones côtières de Madagascar, particulièrement le long du canal des Pangalanes, mais aussi dans la région du Sambirano sur la côte Nord-Ouest de Madagascar.

La production qui nous concerne se situe dans la région du Sambirano, qui se situe tout à fait au nord de l’ile, côte Ouest, dans des sites exceptionnels par la richesse des sols et un climat parfaitement adapté au bon développement de cette plante.

Le poivre du Sambirano représente une toute petite partie de la production malgache.

Alors que sur la côte Est il y a deux récoltes par an, dans la région du Sambirano il n’y a qu’une récolte de poivre mature - entre le 15 août et début octobre selon l’altitude des plantations.

  • Piment langue d'oiseau

Le piment oiseau ou piment martin (Capsicum frutescens) est un petit piment rouge ou vert. Il fait partie de la famille des Solanacées qui compte quelque 2500 espèces.

L’origine Sambirano, donne à l’échelle de Scoville, le degré 8, légèrement plus fort que le piment de Cayenne. Autrefois, avant que les traitements chimiques soient utilisés, ces piments se trouvaient en abondance dans les champs de canne. Les oiseaux mangeaient les piments dont ils sont friands et en rejetaient les graines dans leurs fientes. C’est probablement de cette forme de dissémination que son nom proviendrait. Le nom martin serait issu de celui du martin triste (Acridotheres tristis), oiseau de la famille des Sturnidae, oiseau assez présent à Madagascar.
Les piments sont issus de plantes bisannuelles, arborescentes, cultivées pour ses fruits. Les fruits frais sont récoltés manuellement, de façon journalière sur la plante. Ils doivent être bien rouges ou oranges selon le pied.
La culture a été introduite chez Millot en interligne de recépage cacao de façon à proposer une culture alternative au cacao durant les deux années de non production après recepage des cacaoyers. Cependant la culture est aussi menée en plein champ et ainsi permet une récolte plus aisée.
Ces plantes poussent sur un sol fertile et bien drainé de type alluvionnaire dans un climat chaud mais pas trop humide.
  • Baies roses

Les baies roses sont issues d'un arbuste cultivé pour ses fruits. On les récolte en grappes sur les parties hautes des branches à maturités.

Les baies roses sont le fruit du Faux poivrier (Schinus terebenthifolius Raddi), de la famille des Anacardiacées. Egalement appelé Poivre rose, Poivre de La Réunion, cet arbuste résineux buissonnant dépasse rarement 5 m de haut. Il est originaire d’Amérique Centrale.

Zone de production

26 HA de culture actuellement dans la région du Sambirano sur la cote Nord-Ouest de Madagascar.

Les arbustes aiment les sols bien drainés et légers. C'est une culture sensible aux inondations et aux fortes pluies durant la période de fructification des baies. Elle s’adapte aussi bien sous des climats tropicaux que plus tempérés. L’altitude n’étant pas un facteur limitant.

Enjeux de cette filière

- La fiabilité des approvisionnements : développement d’un partenariat sur le long terme avec contractualisation des achats pour fidéliser les filières d’approvisionnement. 

- La qualité des produits : les produits répondent aux différents cahiers des charges occidentaux et réglementations diverses relatives aux domaines d’activité suivants : alimentaire, cosmétique, pharmaceutique…. Travail sur le long terme pour améliorer la sécurité et la traçabilité.

- Le respect de la biodiversité : préservation des ressources naturelles, du patrimoine naturel, favorisation de la diversité des cultures.

- Le développement local : assurer des revenus décents pour les familles associées aux projets, créer ou améliorer des réseaux d’échanges et de communication. Développer le tissu associatif local et améliorer la diffusion de la culture et de la connaissance (école, alimentation…).

- La protection de l’environnement : généralisation des cultures en agriculture biologique, mise en place de la gestion des déchets, de l’eau et des ressources naturelles et énergétiques. Réflexion sur la protection de l’environnement.

Description du programme équitable

Le programme ESR de cette filière comporte les caractéristiques suivantes:
- Contractualisation des échanges commerciaux entre le groupe de production et le porteur de projet dans le but d’assurer une visibilité de l’offre et de la demande à moyen terme et une durabilité du partenariat – contrat de 3 ans renouvelable par tacite reconduction.

- Appui technique et financier du groupe de production : préfinancement défini en fonction des besoins du groupe de production et des possibilités de l’acheteur, porteur de projet. Prise en charge des analyses pesticides, des frais de certification ESR.

- Engagement contractuel sur des prix d’achat au groupe de production qui sont supérieurs de 15% aux prix pratiqués sur le marché local.

- Apport de moyens complémentaires à une association des personnels de la plantation qui a pour but d’agir dans l’intérêt général des personnels et de leur famille, de participer à la protection de l’environnement et de trouver des solutions pour améliorer la vie des travailleurs. Cette association se compose de 10 membres élus démocratiquement avec une juste répartition d’hommes et de femmes et une bonne représentation des fermes de la plantation. Réalisation de réunion périodique et validation des projets à développer.

- Le Fond de Développement alimente cette association en moyens matériel, financiers et techniques complémentaires qui lui permettent d'atteindre des objectifs plus importants dans le cadre de projets impactant directement le bien être ou les moyens des ouvriers de la plantation.

- Versement d’un fond de développement à hauteur de 3% du prix d’achat de toutes les productions d'huiles essentielles et épices, pour financer le développement des projets approuvés par l’association des travailleurs de la plantation.

Destination et utilisation du Fond de Développement

Le fond de développement est calculé à partir des ventes.

Pour les années 2010 à 2012, il a été utilisé pour la rénovation de l’école d’Andjavibé et la création des latrines de cette école.

Les bâtiments, qui au départ étaient séparés en deux classes, ont été restructurés en quatre classes. Les classes ont été aménagées de façon à accueillir les écoliers dans de meilleures conditions.

Les toilettes de l’école ont ensuite été construites pour apporter un maximum d’hygiène aux écoliers. Construction de lavabos, de douches et de WC avec fosses septiques, le tout alimenté en eau.

L’inauguration de cette nouvelle école a eu lieu en octobre 2012 en présence des représentants de Golgemma.

Pour les années 2013 à 2014, deux projets sont en cours : 

- Création d’une cantine associative. Il s’agit de créer une cantine « casse croûte », sur deux sites, destinée à l’ensemble du personnel permanent et journalier, soit environ 700 personnes.

Le coin repas doit aussi être envisagé comme un coin « hygiène » et d’éducation à l’hygiène.

- Réhabilitation du puits d’Anzavibe avec pompe manuelle, d’un diamètre de 2,5 m qui alimente la population en eau potable. Les opérations de réhabilitation consistent à curer le puits existant et à réaliser des  analyses de l’eau.