engagements environnementaux

Notre engagement environnemental

À l’heure où le problème du réchauffement climatique est – à juste titre – sur le devant de la scène médiatique, un grand nombre d’entreprises cherchent sincèrement à réduire leur impact environnemental (tandis que d’autres tentent simplement de verdir leur image). Quelles actions mettons-nous en place à Arcadie pour parvenir à un meilleur bilan environnemental ?

Impact (empreinte) carbone

La problématique de l’impact carbone (ou empreinte carbone), des émissions de gaz à effet de serre est désormais connue de tous, mais pourtant complexe à améliorer.
Nous vous invitons à creuser le sujet auprès de sources sûres (comme ici).

À Arcadie, notre impact carbone dépend de plusieurs facteurs principaux :

Facteur 1 : L’impact carbone de l’agriculture pratiquée sur les zones de production où nous achetons nos épices et aromates

Nos actions :
Développer une agriculture peu émettrice de gaz à effet de serre : l’agriculture biologique n’utilise pas d‘engrais azotés de synthèse, très émetteurs de gaz à effet de serre.  L’efficacité de l’agriculture pratiquée sur nos zones d’approvisionnement doit cependant être interrogée plus en profondeur du point de vue de l’impact carbone. Cet axe de progrès repose en grande partie sur l’engagement des producteurs avec lesquels nous travaillons, et nous les encourageons fortement en ce sens.

récolte du romarin à la Ferme d'Arcadie
Même l’agriculture bio doit encore progresser en efficacité pour réduire sa contribution à l’émission de gaz à effet de serre (photo Maime Beaufey).

Facteur 2 : L’impact du transport jusqu’à nos ateliers.

Deux facteurs principaux sont en jeu à ce niveau : les distances parcourues, et le mode de transport.

Nos actions :

  • Diminuer les distances de transport : difficile pour nos épices car un certain nombre d’entre elles ne poussent pas sous nos latitudes. Nous avons plus de possibilités pour les plantes aromatiques et médicinales (PAM). Nous avons mis un indicateur spécifique en place et nous sommes en mesure d’affirmer que nous achetons en France actuellement 52% des matières productibles en France. Cela peut sembler peu, mais trouver des volumes suffisants pour des productions bio et de qualité en plantes aromatiques et médicinales est très compliqué. Il faut parfois créer de toutes pièces les filières d’approvisionnement : trouver des agriculteurs intéressés, mettre en place de nouvelles cultures, développer les infrastructures nécessaires. Cela prend du temps. Cela fait par exemple 10 ans que nous œuvrons pour constituer une filière agricole de production de PAM en régions Occitanie et Sud, avec à ce jour pas loin de 100 hectares en production.
Récolte calendula Ardèche
Récolte manuelle du souci (calendula) en Ardèche. Nous travaillons avec plusieurs dizaines de cueilleurs/producteurs de plantes aromatiques et médicinales en France.
  • Améliorer les modalités de transport : nous avons d’ores et déjà renoncé au transport aérien. La majorité de nos matières premières transitent ainsi par bateau jusqu’à la France (puis en camion jusqu’à nos ateliers dans le Gard). Mais le transport maritime actuel est tout de même polluant, sans parler des conditions sociales souvent déplorables pour les personnes qui travaillent sur les bateaux. Nous avons ainsi décidé de contribuer à changer cela en construisant un voilier-cargo à faible émission carbone, qui transportera nos épices depuis Madagascar jusqu’en France. Cela représentera 20% de tous nos achats annuels et la consommation de carburant pourra être réduite jusqu’à 90% par rapport aux bateaux actuels. Et au passage, l’équipage sera bien traité…
il est possible de rendre le transport maritime beaucoup moins impactant et nous allons nous y employer avec ce futur voilier-cargo (image de synthèse crédit Zéphyr et Borée)
Il est possible de rendre le transport maritime beaucoup moins impactant et nous allons nous y employer avec ce futur voilier-cargo (image de synthèse crédit Zéphyr et Borée)

Facteur 3 : L’impact de nos bureaux et ateliers (bâtiments, machines, éclairage, chauffage, déplacements des salariés).

Nos bâtiments actuels ont déjà un bilan carbone réduit par rapport à bien d’autres locaux d’entreprise : utilisation de matières naturelles (bois, cellulose), production d’électricité photovoltaïque…

À l’occasion du prochain agrandissement de nos bâtiments, nous voulons aller encore plus loin en termes de réduction des émissions de GES, des consommations de ressources. Des systèmes de récupération de chaleur, encore plus de matériaux naturels (murs en terre crue, pergola végétale) et l’aménagement de zones dédiées à la biodiversité permettront d’aller encore plus loin en termes de réduction de l’impact environnemental.

Enfin, comme chaque geste compte, la pratique du vélo et le co-voiturage se développe pour les trajets domicile-travail, et le train est privilégié pour les déplacements pro.

atelier Cook

Le matériau bois est très présent dans nos bureaux et dans nos ateliers.

Facteur 4 : L’impact de nos fournitures et emballages sur l’ensemble de leur cycle de vie.

Nous travaillons également avec nos fournisseurs pour réduire l’impact “emballage”, que ce soit sur les emballages de nos produits, des matières ou des autres fournitures). Nous cherchons globalement à réduire l’impact à la conception, à allonger la durée de vie et à permettre un recyclage en fin d’utilisation.

Évolution des emballages Cook, du verre au film papier/plastique, en passant par le flacon plastique PET (encore majoritaire)
Évolution des emballages Cook, du verre au film papier/plastique, en passant par le flacon plastique PET (encore majoritaire)

Pour la part inévitable de déchets, nous déployons une grande énergie à former nos collaborateurs pour un tri optimal, permettant une bonne valorisation. Nous récupérons notamment les déchets organiques de broyage pour les composter sur les terres de notre ferme à quelques kilomètres de là.

Extrait d’un guide de tri interne. Le tri des déchets est une attente forte envers chaque collaborateur et non pas une option.

Les autres substances polluantes ?

La pratique de l’agriculture biologique réduit le risque de contamination de l’environnement par des molécules chimiques de synthèse aux effets délétères sur la santé.

Néanmoins, nous vérifions tous les lots entrants pour éviter les risques de contamination accidentelle.

En 2020, nous avons commandé plus de 500 analyses pesticides
En 2020, nous avons commandé plus de 500 analyses pesticides (correspondant à 480 lots réceptionnés)

La biodiversité

Pilier de la stabilité des écosystèmes et d’une production agricole résistante aux aléas climatiques croissants, la biodiversité doit devenir une autre préoccupation majeure de la société. Et pas uniquement les symboles de la biodiversité que sont les espèces menacées les plus connues comme le tigre ou l’éléphant.

Nos actions :

  • La pratique de l’agriculture biologique garantit une biodiversité importante dans le sol, fondamentale pour une fertilité durable. L’environnement doit également être pris en compte à l’échelle du paysage, en maintenant une diversité de milieux (cultures, prairies, friches, mares, haies, forêts).
  • Nous avons participé avec certains de nos producteurs à l’émergence de l’association Biodiscore, qui propose une méthodologie simplifiée permettant aux agriculteurs d’évaluer un indice de biodiversité sur leur ferme, et de l’améliorer année après année (site internet à venir).
  • Enfin, même si les surfaces concernées sont plus réduites, nous essayons de favoriser la biodiversité sur notre ferme de 17 hectares et notre site de production (2 ha) par divers moyens : maintien d’une diversité de milieux, pose de nichoirs…
La biodiversité existe à toutes les échelles, des micro-organismes du sol au paysage. Sur leurs fermes, les agriculteurs en ont la (lourde) responsabilité.
La biodiversité existe à toutes les échelles, des micro-organismes du sol au paysage. Sur leurs fermes, les agriculteurs en ont la (lourde) responsabilité.

Vous en savez désormais un peu plus sur nos principales actions visant à réduire notre impact environnemental. Nous avons encore beaucoup de progrès à faire ET sommes néanmoins déjà fiers de ceux réalisés ! Nous améliorons chaque année nos outils de diagnostic et de suivi, notamment grâce à la labellisation BioEntrepriseDurable. Nous sommes enfin fiers de participer à la Convention des Entreprises pour le Climat, qui viendra sans aucun doute nous apprendre encore beaucoup et faire émerger de nouvelles solutions.

martin lacroix

Auteur de l'article : Martin Lacroix

Écolo (à tendance barjot) et communicant, passionné par les plantes, les humains, les relations entre agriculture et biodiversité. Je dirige le service communication d’Arcadie et suis heureux de mettre mes compétences à disposition d’une entreprise qui incarne de manière authentique la démarche du développement durable.
Mon souhait profond est que notre communication contribue – à sa modeste échelle – au changement de société dont nous avons besoin.

Articles de Blog que vous pourriez aimer

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer mes achats