En route vers un transport maritime plus éthique

avec Windcoop !

Les épices font partie des produits qui sont transportés sur de grandes distances. Pour la plupart, l’essentiel de ce transport est effectué par voie maritime. Mais ce dernier comporte à ce jour des inconvénients de taille. Comment rendre plus éthique le transport maritime ? Nous sommes fiers de relever ce défi en initiant la création de Windcoop !!!

Le transport maritime est tellement développé que son impact environnemental global est très important : il est entre autres responsable de 3% des émissions mondiales de CO2.

Le transport maritime : pas le pire,

mais peut mieux faire

Aujourd’hui (2022), 90% des échanges mondiaux de marchandises se font par voie maritime, ce qui représente 3% des émissions mondiales de CO2 (1 milliard de tonnes). Si le coût environnemental par kilomètre parcouru est moindre que celui du transport aérien, il n’est pas négligeable : quasiment tous les porte-conteneurs avancent au fioul lourd.

De plus, le transport maritime est réputé – malheureusement à juste titre – pour son laxisme quant aux pratiques sociales et environnementales : bateaux usés jusqu’à la moelle, équipages exploités. Causant parfois de spectaculaires désastres, mais le désastre global reste plus dilué et inaperçu.

Un gros enjeu pour nos approvisionnements

Avant d’arriver en France, environ 50% de nos épices effectuent une grande partie de leur voyage par la mer, dans des conteneurs chargés sur des cargos. Nous essayons bien sûr d’améliorer également le bilan environnemental des autres modes de transport, mais la contribution de la partie maritime est déterminante.
Et s’il existe quelques compagnies maritimes mieux disantes, il est quasiment impossible de choisir le bateau quand nos marchandises sont prêtes à embarquer.

Dechargement Conteneur Arcadie

Arrivée d'un conteneur à Arcadie. La majorité de nos épices effectuent le plus gros de leur voyage par transport maritime.

Du rêve à la réalité

C’est Matthieu Brunet, un de nos 3 co-dirigeants, qui rêve depuis le plus longtemps de résoudre cet épineux problème du transport maritime. Il raconte fort bien son cheminement sur la section “on met les voiles” de notre blog.

À la faveur de rencontres, Matthieu est mis en contact avec Zéphyr et Borée, un constructeur de bateaux qui s’est spécialisé dans la construction de voiliers-cargo, en quelque sorte des voiliers “modernisés” pour pouvoir transporter des volumes plus importants que les voiliers traditionnels.

Matthieu Brunet Arcadie Nils Joyeux Zephyr et Borée Co Fondateurs Windcoop Montage

Nils Joyeux, dirigeant de Zéphyr et Borée, et Matthieu Brunet, co-dirigeant d'Arcadie.

Le courant passe et le projet d’une ligne Madagascar-France est évalué : il est viable, même si bien sûr plus risqué qu’un projet classique ! Pour un navire de 70m pouvant transporter 1000 tonnes à chaque voyage, il faut réussir à le charger pour 5 à 6 voyages par an afin d’atteindre un seuil de rentabilité avec des coûts de transports acceptables.

Embarquez avec nous !

Ce projet vous enthousiasme ? Vous pouvez en faire partie ! Rejoignez-nous et devenez armateur¹ avec nous, afin de participer à la mutation du transport maritime, dans une aventure collective qui promet d’être passionnante. Comment ? En devenant vous aussi sociétaire de Windcoop. Vous apportez du capital et vous participez à la gouvernance.
Grâce à ce capital réuni collectivement, nous pourrons ensuite obtenir des banques les prêts nécessaires à la construction du premier bateau.

1 – Historiquement, les armateurs sont ceux qui planifient et financent les expéditions maritimes.

Un projet ambitieux et coopératif

Avec Zéphyr et Borée, nous décidons – pour réduire les coûts de fonctionnement – de construire un bateau de 85m de longueur, qui nous permettra de charger des conteneurs et ne changera ainsi pas trop les habitudes par rapport au transport classique.

Pendant ce temps, nous obtenons des premiers engagements auprès des entreprises qui chargeront le bateau. C’est très encourageant et surtout important ! Il faut consolider et compléter cet aspect du projet qui détermine sa viabilité, afin de convaincre des banques de nous aider à financer la construction du premier navire.

Et ce n’est pas tout : parce que nous sommes convaincus que l’avenir passe par un monde plus coopératif, nous choisissons de créer une société coopérative, sur le modèle d’Enercoop pour l’électricité. Son nom : Windcoop !

Windcoop Coopérative Engagée

À l’instar d’Enercoop pour l’électricité, Windcoop choisit un fonctionnement en coopérative.

Tri Curcuma Ouvrieres Madagascar Photo Max Beaufey 1200x800

25% de nos approvisionnements proviennent déjà de Madagascar (photo Maxime Beaufey).

On commence par Madagascar !

Nous avons un lien fort avec Madagascar et près de 25% de nos approvisionnements proviennent déjà de là-bas. Ce chiffre augmentera encore dans les années à venir car de nouveaux projets (toujours bio et équitables) de production d’épices sont lancés sur la Grande Île avec nos partenaires historiques.
La première ligne maritime proposée par Windcoop sera donc Madagascar-France !

Si le premier voilier est un succès, nous envisagerons d’en construire d’autres pour nos autres routes maritimes !

Nous ne réaliserons pas ce projet ambitieux sans vous ! Pour tout savoir sur ce projet et sur vos possibilités de le soutenir, rendez-vous sur windcoop.fr. Quant à nous, nous raconterons la suite de notre implication sur notre blog. Merci d’avance de votre soutien !

Ne ratez aucun épisode : inscrivez-vous à la newsletter dédiée :

Articles "voilier" de notre blog :

Facebook
Shopping cart
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats