Comment bien conserver ses plantes après séchage

Comment bien conserver ses plantes après séchage

Après une belle cueillette et un séchage réussi, vous avez fait le plus dur. L’étape qui suit, le stockage de vos PAM*, est néanmoins cruciale pour ne pas gâcher tout ce beau travail déjà accompli. Suivez-nous pour quelques bons conseils côté conservation et stockage… Nous ne parlons dans cet article que de la conservation des plantes séchées, pas des autres formes de préparation permettant également une bonne conservation.

*Plantes Aromatiques et Médicinales

Conserver ses plantes : quels risques ?

Les insectes

On aime les PAM, mais on n’est pas les seul·e·s… Mites et autres insectes peuvent pénétrer dans vos contenants de stockage si vous n’y prenez garde, ou bien être déjà présents (sous diverses formes : œufs, larves, adultes) dans vos plantes au moment de leur transfert dans le contenant.
Certaines PAM sont réputées pour leurs propriétés insectifuges (= font fuir les insectes), mais d’autres sont au contraire très appréciées de nos amis à 6 pattes…

Cette mite ne va pas tarder à rentrer dans ce sac en tissu, ou dans tout autre récipient pas suffisamment étanche.
Cette mite ne va pas tarder à rentrer dans ce sac en tissu, ou dans tout autre récipient pas suffisamment étanche.

Les moisissures

Deux principales raisons expliquent le développement de ces petits organismes qui rendent vos PAM impropres à la consommation : des plantes pas suffisamment séchées lors de leur conditionnement, ou des conditions de conservation trop humides et un contenant non hermétique, occasionnant une reprise d’humidité dans la plante.

Les rongeurs

C’est plus rare, mais nos adorables souris ou autres rongeurs peuvent apprécier certaines de vos PAM.

L’oxydation

L’air lui-même dégrade les organismes vivants, par oxydation. Plus la surface de contact avec l’air est grande, plus cela accélère ce processus.

La chaleur / les variations de température

La chaleur accélère les réactions biochimiques, notamment celles qui dégradent la matière vivante.

Pots d’herboristerie, majestueux mais très lourds !
Pots d’herboristerie, majestueux mais très lourds !

Quel contenant idéal pour conserver mes PAM ?

Nous avons une mauvaise nouvelle : il n’existe pas de contenant idéal. A chaque type de contenant ses avantages et ses inconvénients.

Tradition herboriste : pots en terre / céramique

On trouvait ce genre de contenant dans les herboristeries. Opaques, hermétiques, ces contenants sont intéressants mais souvent difficiles à trouver, et souvent gros, peu pratiques à manipuler.

Les bocaux en verre, une solution facile et accessible pour conserver ses plantes

Ce matériau est réputé pour conserver de manière optimale les aliments, sans risque de transfert de molécules même en cas de conservation à long terme. Il est également très isolant pour les odeurs, pratique pour les plantes qui sentent très fort.
Si le verre est transparent, vous pouvez voir vos PAMs et c’est joli… Et enfin, fermé hermétiquement*, il fera aussi bien barrière à l’humidité qu’aux insectes ou autres animaux indésirables.
Enfin, on peut en trouver facilement de toutes les tailles, ce qui permet d’adapter facilement le contenant aux différents volumes de récolte.
Ses principaux inconvénients ? Principalement le risque de casse.

*Les mites sont capables de passer la barrière pas totalement hermétique des bocaux en verre de type confiture. Soyez prudent·e·s…

bocaux en verre
Boîtes en bois utilisées pour stocker des plantes
Boîtes en bois utilisées pour stocker des plantes

Les boîtes en bois

On peut parfois trouver des boîtes en bois. C’est un bon contenant s’il peut fermer hermétiquement. Il s’imprègnera fortement de l’odeur de la plante et c’est une contrainte lorsqu’on veut changer de plante.

Les sachets en papier, une solution de conservation intéressante

Légers et non cassants, les sachets papier sont une option de stockage intéressante. Ils nécessitent un lieu de conservation plus sûr et une surveillance plus accrue que les bocaux en verre. Ils sont totalement opaques à la lumière sauf si vous choisissez des sachets avec fenêtre en plastique (mais ce serait dommage pour l’environnement).
Non hermétiques, ils ne sont pas très étanches aux odeurs ni à une éventuelle reprise d’humidité. Enfin, leur durée de vie est plus limitée que le verre, à usage égal.

Pour éviter l’entrée des mites, repliez plusieurs fois le sachet sur lui-même et maintenez-le fermé avec une pince, par exemple une pince à linge.
Pour éviter l’entrée des mites, repliez plusieurs fois le sachet sur lui-même et maintenez-le fermé avec une pince, par exemple une pince à linge.
pots métal

Les boîtes en métal, la meilleure solution ?

Moins faciles à trouver ou récupérer, les boîtes en métal cumulent pas mal d’avantages : elles sont légères, sont en général bien hermétiques, ne cassent pas, sont opaques à la lumière. Si elles sont onéreuses ou difficiles à trouver, elles représentent néanmoins un assez bon investissement. Ou alors, pensez au mode « récup » : achetez des aliments dans des contenants métalliques (avec une fermeture correcte, bien sûr, pas des boîtes de conserve…) que vous réutiliserez.
Certaines sources évoquent une dégradation des propriétés médicinales des plantes au contact du métal. Vous pouvez éviter ce risque en disposant d’abord vos plantes dans un sachet puis dans une boîte en métal.
En tous cas, du point de vue de la conservation des odeurs et de la saveur, cela fonctionne très bien : nous avons ré-ouvert un pot de menthe poivrée de 1985, récoltée par les fondateurs d’Arcadie. L’odeur et la saveur étaient bluffantes !

Les contenants en plastique : à utiliser avec précautions

Un contenant en plastique peut être adapté au stockage de vos PAM. Son principal inconvénient est qu’il s’imprègnera assez longtemps de l’odeur de la plante. Il vaut donc mieux en réserver ensuite l’usage à cette plante, ou accepter d’avoir vos prochains contenus quelque peu parfumés.
Certaines sources parlent aussi d’une dégradation des propriétés des plantes dans ce type de contenant. Il est avéré que les plantes comprenant des composés gras risquent d’absorber des molécules du plastique. Donc éviter en tous cas le stockage de graines qui sont souvent riches en corps gras.

Notre préférence : le verre et le métal

Parce qu’il est neutre et isolant, le verre, avec une fermeture hermétique, nous semble le meilleur tous critères confondus. De plus, on voit directement les plantes, ce qui évite de devoir les ouvrir voire les sortir pour vérifier leur état.

Quel lieu de conservation idéal ?

Dans l’idéal, votre lieu de stockage devrait présenter les caractéristiques suivantes :

Être dans votre cuisine ou pas trop loin

Surtout si vous n’avez pas encore l’habitude des tisanes, afin de vous inciter à leur consommation régulière. Si vous devez aller les chercher au fond du cellier, cela va diminuer la fréquence de vos tisanes. Si vous manquez vraiment de place en cuisine, stockez-y au moins vos 5 tisanes préférées, et le reste plus loin.

Être étanche à la lumière

Les PAM dans de beaux bocaux en verre, ça peut être très joli et faire une belle décoration. Mais ce n’est quand même pas l’idéal pour leur conservation. Vous pouvez trouver de vieux bocaux un peu teintés qui seront un peu plus opaques à la lumière. Mais dans l’idéal, stockez vos récipients en verre à l’abri du soleil, encore mieux à l’abri de la lumière.
Et choisissez parmi vos PAM préférées si vous voulez les exposer : comme vous les consommerez vite, elles n’auront pas le temps de se dégrader.

Que ce soit dans votre cuisine ou ailleurs, préférez un placard à une étagère pour stocker vos PAM, pour éviter la lumière. Sauf si vous les consommez très rapidement.
Que ce soit dans votre cuisine ou ailleurs, préférez un placard à une étagère pour stocker vos PAM, pour éviter la lumière. Sauf si vous les consommez très rapidement.

Un lieu sec pour conserver ses plantes

Pour éviter le développement de moisissures, stockez vos PAM dans un lieu suffisamment sec.

Une température modérée

C’est connu, une température élevée augmente la vitesse de dégradation des aliments. Les PAM – en tant que produit séché – n’étant pas les plus fragiles, la cuisine peut convenir, mais évitez de préférence les placards ou tiroirs trop proches des points de cuissons (réservez ceux-ci à la vaisselle) pour éviter de trop fréquentes et trop grandes variations de température.
L’idéal étant une pièce dont la température est située entre 10 et 15°C.

Est-ce que toutes les PAM se conservent aussi bien ?

Des différences selon les parties des plantes et les plantes elles-mêmes

La réponse est non : que ce soit au niveau des saveurs comme des propriétés, les PAM ne sont pas à égalité.
Déjà, parce qu’on n’utilise pas toujours les mêmes parties des plantes : les plus fragiles sont les fleurs, suivies des feuilles, des tiges, des rhizomes et des racines.

A partie de plante égale, on trouve également des différences : la mélisse, le basilic perdent plus rapidement leur odeur que beaucoup d’autres PAM. Vous gagnerez à les consommer en frais, si vous les trouvez en sauvage autour de chez vous, ou si vous pouvez les cultiver.

Certaines PAM sont plus sensibles aux infestations d’insectes : à Arcadie, nous congelons désormais systématiquement notre coriandre en graines, après avoir constaté un développement très fréquent de petits indésirables…

Quelle durée maximale pour conserver ses plantes ?

Hormis ces exceptions, la durée moyenne de conservation de vos PAM va dépendre de la partie de la plante concernée : pour les fleurs plus fragiles, 1 an sera déjà beaucoup (dans de bonnes conditions). Pour les feuilles, la durée peut être supérieure, et encore plus pour les racines, les écorces ou les graines (jusqu’à 2-3 ans).

Pour avoir des indications sur la qualité de conservation, l’odeur est un critère intéressant. Si l’odeur originelle de la plante est encore bien présente, sans odeur de poussière, de rance ou de moisi, c’est bon signe. Mais attention : toutes les plantes ne sentent pas très fort.
Par prudence, essayez de ne pas conserver vos plantes plus d’une saison, sauf les parties les plus coriaces que vous pouvez garder 2 saisons.

badiane-fruits-l-herbier-de-france
Les parties les plus coriaces (fruits, graines, écorce) se conservent plus longtemps. Ici les fruits de la badiane ou anis étoilé.
À part les racines qui deviennent souvent impossibles à couper après séchage, conservez vos PAM sous la forme la plus grossière possible.
À part les racines qui deviennent souvent impossibles à couper après séchage, conservez vos PAM sous la forme la plus grossière possible.

Astuces pour conserver ses plantes le plus longtemps possible

Gardez les sous forme la plus brute et grossière possible : une poudre de plante se dégradera beaucoup plus vite que la même plante non réduite en poudre. Si vous avez vraiment besoin de la forme poudre, vous la réduirez en poudre seulement au moment de la consommation, et juste la quantité dont vous avez besoin.
Ceci dit, attention : les racines deviennent souvent « incoupables » après séchage. Donc il vaut mieux les couper même si elles se conservent moins longtemps qu’avoir une grosse racine dure comme de la pierre et inutilisable.

Evitez : chaleur / soleil / lumière / humidité.

En résumé : stockage, LA procédure à suivre

  1. Assurez-vous que vos PAM soient suffisamment bien séchées (voir notre article séchage des PAM).
  2. Remplissez le contenant que vous avez choisi. Ne tassez pas trop sous risque d’écraser la plante, de la réduire en plus petits morceaux et donc d’accélérer sa dégradation.
  3. Étiquetez précisément votre contenant : nom de la plante, date et lieu de récolte, partie de la plante récoltée (oui, des fois, on récolte plusieurs parties de la même plante pour des usages différents).
  4. Fermez hermétiquement votre contenant.
  5. Rangez-le à l’abri du soleil et des trop fortes variations de températures et d’humidité.
  6. Inspectez régulièrement vos PAM, surtout celles que vous n’utilisez pas souvent.
  7. Damned ! Un développement d’insectes ! Ouvrez le contenant, congédiez les indésirables, vérifiez que la plante ne soit pas trop dégradée, et passez-la au congélateur au moins 48h. Attention, il faut absolument que le contenant allant au congel soit hermétique. Et quand vous le sortez, laissez-le reprendre doucement la température ambiante avant de l’ouvrir (disons laissez-le tranquille une journée), sans quoi une reprise d’humidité très problématique aura lieu.
Que ce soit dans un pot en verre ou un autre contenant, ne tassez pas trop vos PAM pour ne pas les réduire en poussière.
Que ce soit dans un pot en verre ou un autre contenant, ne tassez pas trop vos PAM pour ne pas les réduire en poussière.

Les PAM sont précieuses : afin d’en gaspiller le moins possible, soignez bien leur conservation et cueillez pour une seule saison. Vous aurez de meilleures garanties que les principes actifs et les saveurs soient bien conservés.

Article écrit par : Martin Lacroix

Biologiste, écologue et écolo un peu barjot, j’ai rejoint Arcadie en 2019 pour prendre en charge la communication. Une belle aventure au sein d’une communauté de travail très engagée !